lundi 6 juin 2016

À la nuit, aux étoiles...


Hier soir, s’est offert à moi un véritable moment de détente avec au programme un bon bouquin!
Ce bon bouquin je vous le présente enfin, mais peut-être le connaissez-vous déjà car il enflamme la toile depuis bien des jours: Hugo de la Nuit, de Bertrand Santini édité par la maison Grasset Jeunesse.
Pour ceux et celles qui n’auraient encore jamais lu les mots de cet auteur, je vous invite chaudement à découvrir ses ouvrages, entre autres: Le Yark, Jonas, Le journal de Gurty... (Cliquez sur un titre pour entendre son extrait audio)
Bertrand Santini, écrivain au coeur d’enfant, homme plein d’amour, d’humour et de spiritualité, est un aficionado du cinéma hollywoodien des années 70-80, cela se transcrit dans son écriture et il est aisé d’imaginer ses livres sur grand écran.
Sa plume imagée, qui sent bon la Provence (sa terre natale), manie comme personne les jeux de mots, mêle habilement humour, références en tout genre (littéraires, télévisuelles et cinématographiques) fantastique et poésie.
Ses histoires sont divertissantes sans jamais être vides, au contraire elles pétillent, elles sont pleines de vie même dans la mort et c’est cette force que l’on retrouve dans Hugo de la Nuit.
Cette nouvelle histoire est un peu comme le film The Frighteners, le lecteur est embarqué dans une aventure fantastique, drôle, cauchemardesque, riche en suspens, mais pas seulement.
Car si on y rencontre fantômes farfelus, zombies assoiffés de sang, et hommes assoiffés d’argent, on se retrouve aussi plongé au coeur d’un voyage initiatique entre la vie et la mort, enveloppé dans la nuit, sous les étoiles...
Pour ne rien vous gâcher, j’ai décidé de ne rien vous révéler à part un petit extrait que vous pourrez écouter ci-dessous.
Je vous invite à traverser le miroir pour découvrir l’univers de Bertrand Santini, car il sait raconter une histoire comme personne, ne prend jamais le jeune lecteur pour une panouille et lui parle de la vie, de ses grandes interrogations, de sa cruauté et sa beauté, tout cela avec verve, finesse et malice.


Petite Fleur raconte...




The Frighteners

1 commentaire:

Laissez nous un commentaire, il est toujours plaisant de vous lire!